Les recettes touristiques de la France sont mises en jeu


contrôle frontières

La dérive prise par la plupart des pays membres de l’Union européenne dans le cadre des accords de Schengen actuellement peut faire reculer le tourisme. Elle pourra faire perdre entre 500 millions et 1 milliard d’euro des recettes touristiques pour la France. C’est d’après la note d’analyse n°39 de la France stratégie du début février 2016.

Retour aux contrôles des frontières

Cette disposition a été prise il y a un moment face aux entrées des réfugiés syriens, irakiens et afghans dans les pays d’Europe. Nombreux sont les pays qui ont pris une dérive face aux accords de Schengen en :

  • Fermant leurs frontières,
  • Rétablissant les contrôles de véhicules et de personnes.

Il est connu que l’Autriche, pour raffermir la sécurité de ses frontières, a dressé depuis l’automne de 2015 une clôture le séparant de la Slovénie. L’Allemagne contrôle ses frontières aussi depuis septembre 2015. L’Hexagone est en état d’urgence des suites des attentats de novembre 2015. Le Danemark et la Suède optent à la même stratégie depuis début 2016.

Le prolongement de ces stratégies pour une durée de 2 ans supplémentaires nécessite une procédure juridique de la Commission européenne selon la demande de leurs ministres de l’Intérieur le 26 janvier 2016. France stratégie a souligné dans son étude que ses contrôles entraînent une hausse considérable du temps de passage aux frontières (embouteillages), qui peut faire reculer le tourisme.

2 scénarios, ne résolvant pas le problème

France stratégie a avancé 2 schémas :

  • « Un contrôle réduit des passages en voitures particulières et un contrôle perlé des camions. C’est un plan qui peut diminuer de 5% le nombre des passants et 2,5% celui des touristes. Il entrainerait une réduction des recettes touristiques de 500 millions.
  • Un contrôle renforcé des passages en voitures particulières et un contrôle systématique des camions. Les passants peuvent baisser de 10% et de 5% pour les touristes. Les recettes touristiques peuvent perdre 1 milliard d’euros. »

L’analyste a alerté qu’une remise en cause du visa de circulation Schengen peut affecter drastiquement le tourisme. Plusieurs dizaines de milliards d’euros peuvent, par contre, être enregistrés avec une grande flexibilité du visa Schengen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *